Des biocides contre le paludisme

Des biocides contre le paludisme

Le paludisme est la maladie infectieuse la plus fréquente et son issue est fatale dans de nombreux cas. En 2018, il a coûté la vie à plus de 400 000 personnes. L'Afrique est particulièrement touchée par ce fléau qui est transmis par un moustique. Grâce à un insecticide (biocide) issu de la recherche en protection phytosanitaire, il a été possible de réduire considérablement le nombre d’infections.

jeudi 14 mai 2020

L'essentiel en bref

  • La maladie infectieuse qu’est le paludisme fait 400 000 victimes chaque année.
  • La maladie est transmise par des moustiques.
  • Un insecticide issu de la recherche phytosanitaire permet de lutter contre les contagions.

Le paludisme est une maladie due à un parasite unicellulaire du genre plasmodium. Il est transmis par le biais d’une piqûre d’un moustique, l’anophèle femelle, ce qui fait de lui l’un des tueurs les plus dangereux du monde. Chaque année, plus de 200 millions de personnes sont touchées par le paludisme. Selon le Rapport sur le paludisme dans le monde, le nombre de décès dus au paludisme au niveau mondial s’est élevé selon des estimations à 405 000 en 2018, dont 94% en Afrique. Le paludisme perturbe l'approvisionnement alimentaire dans de nombreux pays. Si un agriculteur tombe malade pendant la période des récoltes, ses rendements diminuent de près de la moitié en moyenne. Ses revenus aussi reculent dans des proportions similaires. Certes, depuis 2000, le taux de mortalité s’est considérablement réduit grâce à l’emploi de moustiquaires imprégnées d'insecticides et des pyréthroïdes. L’apparition de résistances chez les moustiques s’observe cependant. De nouveaux moyens de lutte contre le paludisme sont donc essentiels pour la survie des agriculteurs et des communautés locales. La recherche joue ici un rôle central. Des entreprises comme BASF, Bayer et Syngenta s’engagent activement dans la lutte contre le paludisme. En collaboration avec la Fondation Bill & Melinda Gates et l’IVCC, elles ont lancé l’initiative «Zero by 40». En Suisse, Syngenta mène ses travaux de recherche sur le paludisme dans son centre de recherche à Stein (AG). L’entreprise est également membre du Swiss Malaria Group.

La lutte contre le paludisme en Afrique subsaharienne (Syngenta).

Des insecticides contre les moustiques vecteurs du paludisme

La recherche en protection phytosanitaire prend part aussi à la lutte contre le paludisme et les résistances développées par les insectes. Les insecticides sont des biocides. En recourant à une substance utilisée à l’origine dans la protection végétale, Syngenta a mis au point une nouvelle formulation à effet rémanent pour contrôler les moustiques vecteurs du paludisme: ACTELLIC® 300CS. Contrairement aux substances actives classiques, la solution s’utilise en application intérieure et offre une protection pendant neuf mois. Lorsqu'un insecte se pose sur un mur traité, il recueille une dose d'insecticide et meurt. On empêche ainsi la transmission du paludisme dans toute la maison. En 2013, ACTELLIC® 300CS a reçu une recommandation officielle de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) pour la lutte antivectorielle contre le paludisme. Les succès obtenus ont été considérables. Le Zimbabwe a relevé une réduction de la transmission du paludisme de 64%, et dans le nord du Ghana, les cas de transmission ont chuté d'environ 60%. Dans le centre-ouest du Sénégal, le risque de contracter le paludisme est 14 fois moins élevée qu'auparavant. En 2018, 34 millions de personnes dans 32 pays d'Afrique subsaharienne étaient protégées contre des piqûres de moustique grâce à cette solution.

Articles similaires

Les produits régionaux sont plus demandés que jamais
Savoir

Les produits régionaux sont plus demandés que jamais

La demande en produits régionaux ne pourrait pas être plus grande. C'est ce que montre une nouvelle étude de la Hochschule für Wirtschaft in Zürich. Les consommateurs estiment même que les produits régionaux sont nettement plus durables que les produits bio ou premium.

Tomate: de la «bombe à eau» au fruit aromatique
Savoir

Tomate: de la «bombe à eau» au fruit aromatique

Jamais encore le choix de variétés de tomates n’avait été aussi vaste.

Compenser des pertes de récoltes évitables par de l’argent de l’État :  une proposition qui n’est ni durable, ni rentable
Savoir

Compenser des pertes de récoltes évitables par de l’argent de l’État : une proposition qui n’est ni durable, ni rentable

Une réduction des pesticides dans la culture du blé et du colza diminue sensiblement les rendements. Selon une étude parue dans la revue Recherche agronomique Suisse montre, ces pertes de récoltes ne peuvent être compensées que par des aides étatiques. Cette proposition n’est ni durable, ni rentable.

Les espèces invasives menacent les plantes indigènes
Savoir

Les espèces invasives menacent les plantes indigènes

L'interdépendance économique du monde s'est fortement accrue au cours des dernières années et décennies. En raison de l'activité commerciale intense entre les continents, les espèces végétales et animales invasives se propagent également de plus en plus rapidement. Cela peut entraîner de sérieux problèmes pour la végétation et l'agriculture indigènes. Selon l'OFEV, le canton du Tessin est particulièrement touché.

Autres contributions dans Savoir