L'UE ouvre la voie pour les ciseaux génétiques

L'UE ouvre la voie pour les ciseaux génétiques

L'Union européenne prévoit de réglementer les plantes obtenues par édition du génome de la même manière que les méthodes de sélection traditionnelles. La Commission européenne prévoit de présenter une proposition correspondante pour réglementer les nouvelles techniques de sélection début juillet. Ainsi, l'UE franchit une étape importante vers une agriculture plus productive et durable. La Suisse devrait également réévaluer les plantes obtenues par édition du génome afin de ne pas être laissée pour compte.

mercredi 21 juin 2023

Jusqu'à présent, les plantes obtenues à l'aide de nouvelles techniques de sélection (édition du génome) étaient soumises aux mêmes règles que les organismes génétiquement modifiés (OGM) dans l'UE. À l'exception de quelques cas, elles étaient interdites depuis une décision de principe de la Cour de justice de l'Union européenne en 2018. Selon le journal "Frankfurter Allgemeine Zeitung", cela devrait maintenant changer. Un projet de loi révèle que la Commission européenne souhaite appliquer à l'avenir les mêmes procédures d'autorisation aux plantes obtenues par édition du génome qu'aux méthodes de sélection traditionnelles. Les ciseaux génétiques CRISPR/Cas accélèrent la création de nouvelles variétés végétales, mais les mêmes résultats peuvent être obtenus par sélection classique, bien que cela prenne beaucoup plus de temps. Par conséquent, l'UE ne souhaite plus faire de distinction entre les méthodes de sélection traditionnelles et l'édition du génome.


"Mettre le turbo"

Les ciseaux génétiques CRISPR/Cas permettent d'accélérer la création de variétés végétales plus robustes et adaptées au changement climatique. Elles peuvent mieux résister aux facteurs de stress tels que la chaleur et la sécheresse. La capacité de stockage des récoltes peut également être améliorée. Comme le souligne Matthias Berninger de Bayer dans le "Frankfurter Allgemeine Zeitung", il est urgent d'accélérer la création de nouvelles variétés : "Nous devons mettre le turbo si nous voulons suivre le rythme du changement climatique galopant." Et il ajoute : "Qui prendra la responsabilité des risques pour la sécurité alimentaire si nous laissons inutilisé le potentiel de cette nouvelle technologie ?"


La Suisse risque d'être laissée pour compte

La Suisse devrait également mettre le turbo. Le Conseil fédéral a pour mission de présenter d'ici mi-2024 un projet de loi réglementant les plantes obtenues par édition du génome. En Suisse, les plantes obtenues par de nouvelles techniques de sélection sont toujours soumises au moratoire sur les OGM en vigueur depuis 2005. Le Conseil fédéral a maintenant la possibilité de réglementer de manière basée sur les risques les plantes qui ne diffèrent pas des méthodes de sélection traditionnelles et qui ne contiennent pas de matériel génétique étranger, et de les exempter du moratoire. Si la Suisse ne change rien, elle risque d'être laissée pour compte par l'UE et le reste

Articles similaires

Pourquoi la confiance dans la science est-elle si importante ?
Actualité

Pourquoi la confiance dans la science est-elle si importante ?

Il est essentiel que la société ait confiance en la science. C'est la seule façon pour elle d'exploiter son potentiel maximal et de relever des défis sociaux tels que le changement climatique ou une pandémie. Mais il y a aussi des voix critiques : Une partie de la population suisse a peu ou pas confiance en la science. Quatre experts ont débattu de la manière dont la recherche peut gagner la confiance des gens lors d'une table ronde «NZZ Live».

Les produits phytosanitaires manquent - et bientôt les premières variétés de légumes aussi
Actualité

Les produits phytosanitaires manquent - et bientôt les premières variétés de légumes aussi

Les producteurs de légumes sont actuellement à la peine. La raison en est le manque de produits phytosanitaires. Il est de plus en plus difficile de mettre sur le marché des produits commercialisables. Certains agriculteurs ont même atteint leurs limites au point de devoir arrêter la production de certaines variétés de légumes.

Les ravageurs menacent de plus en plus les récoltes de fruits, de baies et de vin
Actualité

Les ravageurs menacent de plus en plus les récoltes de fruits, de baies et de vin

La culture des fruits, des baies et de la vigne est de plus en plus menacée par des ravageurs tels que le coléoptère du Japon, la mineuse tachetée et la mouche méditerranéenne des fruits. Les producteurs tirent la sonnette d'alarme - mais les produits phytosanitaires capables de venir à bout de ces ravageurs font défaut.

Un agriculteur bio demande édition du génome pour la culture fruitière
Actualité

Un agriculteur bio demande édition du génome pour la culture fruitière

Le nombre élevé de traitements phytosanitaires sollicite fortement les agriculteurs bio. L'un d'entre eux est le producteur de pommes Marco Messerli de Kirchdorf BE. Il a dû traiter 48 fois des variétés de pommes sensibles avec des produits phytosanitaires biologiques. Estimant que c’est trop, il demande désormais l'autorisation de nouvelles méthodes de culture. Les experts donnent raison à l'agriculteur.

Autres contributions dans Actualité