Greenpeace et l'affaire des faits

Greenpeace et l'affaire des faits

Depuis des décennies, Greenpeace se bat avec acharnement contre le génie génétique vert. SWR Wissen s'est penché sur la question de savoir pourquoi l'organisation de campagne environnementale s'est autant investie dans le sujet et s'est détachée des preuves scientifiques. Dans le cas du "Golden Rice", les conséquences sont particulièrement criantes. Mais l'alarmisme risque également de bloquer d'importantes innovations dans le domaine des nouvelles méthodes de culture.

mardi 31 octobre 2023

Dans une émission de 45 minutes, SWR-Wissen se penche sur la question de savoir pourquoi cette organisation, autrefois connue pour ses actions spectaculaires d'ancrage sur des plates-formes pétrolières ou de blocage de navires, s'est lancée il y a quelques décennies dans le génie génétique vert. Et pourquoi elle agit de manière extrêmement agressive et détruit systématiquement les champs d'expérimentation de plantes génétiquement modifiées. Ceux qui agissent de manière aussi bruyante et catégorique doivent avoir de bons arguments, ont pensé les responsables de l'émission, qui ont interviewé différents représentants de Greenpeace - de l'activiste repenti à l'experte en agriculture au siège de Greenpeace en Allemagne, en passant par la militante toujours convaincue et l'ancien directeur de campagne qui justifie toujours ses actions. Confrontée aux conclusions scientifiques d'institutions renommées comme la Leopoldina ou l'Institut Max Planck, selon lesquelles les plantes génétiquement modifiées ne présentent aucun danger, l'experte en agriculture explique que son combat se fonde sur des faits scientifiques. Mais elle ne précise pas lesquels. Elle explique également que l'absence de sources scientifiques sur ses pages de campagne est due au manque de place. L'ancien directeur de campagne remet quant à lui en question l'indépendance des institutions scientifiques mentionnées - lui aussi sans preuve à l'appui de cette affirmation.


La mortalité infantile laisse également Greenpeace indifférent

SWR-Wissen se penche également sur la lutte de Greenpeace contre le soi-disant Golden Rice. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) estime que chaque année, jusqu'à 500 000 enfants dans le monde perdent la vue en raison d'une carence en vitamine A. Près de la moitié d'entre eux meurent dans les douze mois suivant leur cécité. Cette misère pourrait être soulagée depuis longtemps. Un bol de riz doré génétiquement modifié suffirait à couvrir 40 % des besoins quotidiens en vitamine A essentielle. Bien entendu, l'objectif devrait être une alimentation équilibrée pour tous, avec des hydrates de carbone, des protéines, des légumes et des fruits. Mais dans les pays touchés par la pauvreté, où le menu quotidien se compose de riz accompagné de riz, le Golden Rice, que les agriculteurs et agricultrices peuvent reproduire eux-mêmes, est une bénédiction. Mais le fait qu'en 2016 déjà, plus de 100 lauréats du prix Nobel accusent Greenpeace de "crimes contre l'humanité" et appellent l'organisation à reconnaître les conclusions d'institutions scientifiques fiables, laisse cette dernière de marbre. Greenpeace tente également de minimiser son influence alors qu'elle vient d'empêcher par voie judiciaire la culture du Golden Rice aux Philippines. Les rédacteurs de la SWR en concluent que Greenpeace a un problème avec les faits dans le domaine du génie génétique vert et qu'elle affirme des choses qu'elle ne peut pas prouver.


Convaincre les partisans du génie génétique de l'utilité de leur contribution

SWR prend également le pouls des partisans. Le fait que la culture dite traditionnelle sélectionne les "survivants les plus robustes" pour la culture biologique ou conventionnelle au moyen d'un traitement chimique ou d'un rayonnement radioactif fait apparaître les ciseaux génétiques Crispr Cas comme plus avantageux. Il est évident que l'insertion ou la suppression ciblée de caractéristiques est minimalement invasive, plus rapide et plus précise. Rien qu'en Allemagne, les pertes de rendement seraient déjà énormes pour le blé sans variétés plus résistantes.

SWR se penche en outre sur la question des brevets. Le membre de la Commission européenne interviewé explique pourquoi, avec le projet de loi, les nouvelles méthodes de sélection seront à la disposition de tous les sélectionneurs et qu'en 2026, il sera évalué si la loi sur les brevets doit être adaptée. Il est d'ores et déjà clair que les universités, les start-ups et les grandes entreprises ont un intérêt commun à une protection efficace de l'innovation. Cela vaut également pour le secteur agricole. Les brevets ne sont toutefois pas en conflit avec la sélection végétale traditionnelle. Les variétés ne sont pas brevetables en Suisse et en Europe. Et cela ne changera pas. En raison de la nécessité d'adapter plus rapidement les plantes au changement climatique, les nouvelles propriétés de sélection gagneront en importance et les sélectionneurs suisses ont également intérêt, dans un marché en réseau, à pouvoir accéder à ces propriétés en Suisse et à l'étranger, mais aussi à protéger leurs propres innovations. C'est pourquoi il n'y a pas d'autre solution que d'améliorer l'aptitude à breveter : les PME doivent elles aussi apprendre à gérer les brevets et à tirer profit des avantages du système.

Conclusion : il faut porter un regard lucide sur les alertes en tout genre : pour de nombreuses organisations non gouvernementales, alerter fait partie du modèle économique. Mais aussi pour de nombreux médias. L'alarmisme - sans évaluation des risques et des conséquences - est irresponsable et conduit à l'immobilisme. C'est ce qui s'est passé en Europe avec le génie génétique vert - avec des conséquences négatives également pour les pays en développement. Ces derniers dépendraient de solutions telles que des aliments riches en micronutriments ou une protection intégrée contre les parasites. Au lieu de diffuser des avertissements nuisibles, il est temps de miser sur les faits.

Les arguments à l'emporte-pièce sont également utilisés

Malheureusement, le reportage de la SWR n'est pas tout à fait à la hauteur de ses prétentions en matière de faits : dans la dernière partie, des clichés tels que "la concentration du pouvoir sur le marché des semences", "les brevets sur les semences pour s'isoler" et celui selon lequel "le génie génétique vert n'aurait pas encore tenu ses promesses" sont utilisés sans autre examen. Dans un article "Blindspot", nous analysons ces affirmations, qui sont volontiers citées comme arguments supplémentaires contre le génie génétique vert.

Veuillez noter :

Notre équipe éditoriale n'est pas de langue maternelle française. Bien que nous accordons une grande importance à une communication claire et sans faille, parfois nous devons privilégier la rapidité à la perfection. Pour cette raison, ce texte a été traduit à la machine.

Nous nous excusons pour toute erreur de style ou d'orthographe.

Articles similaires

Pourquoi la confiance dans la science est-elle si importante ?
Actualité

Pourquoi la confiance dans la science est-elle si importante ?

Il est essentiel que la société ait confiance en la science. C'est la seule façon pour elle d'exploiter son potentiel maximal et de relever des défis sociaux tels que le changement climatique ou une pandémie. Mais il y a aussi des voix critiques : Une partie de la population suisse a peu ou pas confiance en la science. Quatre experts ont débattu de la manière dont la recherche peut gagner la confiance des gens lors d'une table ronde «NZZ Live».

Les produits phytosanitaires manquent - et bientôt les premières variétés de légumes aussi
Actualité

Les produits phytosanitaires manquent - et bientôt les premières variétés de légumes aussi

Les producteurs de légumes sont actuellement à la peine. La raison en est le manque de produits phytosanitaires. Il est de plus en plus difficile de mettre sur le marché des produits commercialisables. Certains agriculteurs ont même atteint leurs limites au point de devoir arrêter la production de certaines variétés de légumes.

Les ravageurs menacent de plus en plus les récoltes de fruits, de baies et de vin
Actualité

Les ravageurs menacent de plus en plus les récoltes de fruits, de baies et de vin

La culture des fruits, des baies et de la vigne est de plus en plus menacée par des ravageurs tels que le coléoptère du Japon, la mineuse tachetée et la mouche méditerranéenne des fruits. Les producteurs tirent la sonnette d'alarme - mais les produits phytosanitaires capables de venir à bout de ces ravageurs font défaut.

Un agriculteur bio demande édition du génome pour la culture fruitière
Actualité

Un agriculteur bio demande édition du génome pour la culture fruitière

Le nombre élevé de traitements phytosanitaires sollicite fortement les agriculteurs bio. L'un d'entre eux est le producteur de pommes Marco Messerli de Kirchdorf BE. Il a dû traiter 48 fois des variétés de pommes sensibles avec des produits phytosanitaires biologiques. Estimant que c’est trop, il demande désormais l'autorisation de nouvelles méthodes de culture. Les experts donnent raison à l'agriculteur.

Autres contributions dans Actualité