Les frites se font rares

Les frites se font rares

Les plants de pommes de terre risquent de manquer en 2024. En cas de pénurie de plants de pommes de terre, il ne sera pas possible de récolter les fameuses sources d'hydrates de carbone. Et comme les plants de pommes de terre sont rares dans toute l'Europe, l'importation devient elle aussi difficile. Selon Swisspatat, les variétés à frites sont particulièrement touchées.

samedi 10 février 2024

La fameuse escalope avec frites va-t-elle bientôt céder la place au pain à l'escalope? C'est un fait: Alors que les récoltes de pommes de terre sont maigres depuis des années, les plants de pommes de terre seront également rares en 2024, comme le rapporte le Blick. Et selon Swisspatat, l'organisation interprofessionnelle des producteurs de pommes de terre, cela devrait rester ainsi. Selon un article du Bauernzeitung, il y aura cette année 30 pour cent de plants de pommes de terre en moins à disposition. L'interprofession met en garde : «Il ne sera pas possible de satisfaire toute la demande».

Pour expliquer cette pénurie, Swisspatat évoque les faibles rendements de l'été 2023 et le recul des surfaces cultivées en plants de pommes de terre.
En effet, la volonté de cultiver diminue. C'est également ce que constate le journal «Zürcher Bauer». Dans les centres de réception, de grandes quantités de plants de pommes de terre ont dû être refusées en raison de la présence de virus. La raison en est le manque de produits phytosanitaires. Outre des conditions de culture difficiles, ce fait était déjà responsable en 2023 de faibles récoltes de pommes de terre en Suisse. Ainsi, Ruedi Fischer, président des producteurs suisses de pommes de terre, déclarait déjà en mai 2023 au journal Schweizer Bauer : «En 30 ans, je n'ai jamais connu une telle situation».

L'UE manque également de plants de pommes de terre

Faudrait-il tout simplement importer davantage de plants de pommes de terre ? L'interprofession Swisspatat est sceptique. Il n'est guère possible d'importer davantage de plants de pommes de terre. Car même dans l'UE, les plants de pommes de terre sont rares, comme le montre une interview dans le journal agricole allemand TopAgrar. Pour les plants de pommes de terre, les conséquences du manque de produits phytosanitaires sont évidentes. Pour les prochaines récoltes, il faut des plants de pommes de terre exempts de virus. Or, actuellement, seuls deux pyréthroïdes et un flonicamide sont encore autorisés contre les «pucerons vecteurs de virus» - en plus de l'huile de paraffine.

Il ne faut pas oublier que la culture biologique de la pomme de terre dépend également de plants produits de manière conventionnelle. En raison du retrait des lots de plants contaminés par le virus, il manque environ 20 pour cent des plants de pommes de terre nécessaires dans l'UE pour la saison 2024. La pénurie de substances actives ne se manifeste d'ailleurs pas seulement dans les plants de pommes de terre, mais aussi dans la culture des pommes de terre elle-même. Les pommes de terre de semence ne sont pas touchées par la pénurie d'insecticides, mais des cultures très répandues comme le colza et les cultures fruitières, où il n'y a pratiquement plus d'insecticides disponibles, sont concernées.
Les récoltes de pommes de terre sont maigres depuis des années. Ce n'est pas seulement le cas en Suisse, mais aussi en Europe en général.
Les récoltes de pommes de terre sont maigres depuis des années. Ce n'est pas seulement le cas en Suisse, mais aussi en Europe en général.

Nouvelles maladies des plantes

Les nouvelles maladies des plantes constituent un autre problème. La maladie du flétrissement bactérien en est un exemple, car elle affecte la capacité de cuisson des pommes de terre à chips. Mais il y a aussi un manque de motivation des agriculteurs pour cultiver des pommes de terre. Dès le milieu de l'année 2023, Ruedi Fischer, président des producteurs de pommes de terre, déclarait au «Bauern Zeitung» : «Je suis très inquiet quant à la volonté de cultiver». Une lueur d'espoir est apparue avec des variétés plus robustes, moins sensibles aux maladies fongiques. Toutefois, les nouvelles variétés doivent d'abord faire leurs preuves. Et elles doivent être acceptées par les acheteurs et les consommateurs.

Le bio aussi est concerné

L'agriculture biologique lutte également contre les maladies végétales dans la culture des pommes de terre. L'Institut de recherche de l'agriculture biologique FibL met en garde les agriculteurs zurichois : il y a toujours des percées en matière de résistance, et le fameux mildiou s'imposera toujours. Pour retarder cette percée, l'agriculture biologique recommande exclusivement le cuivre, même si c'est à dose réduite. Pour compenser le manque de plants de pommes de terre, les tubercules pourraient être divisés. Toutefois, les spécialistes ne le recommandent pas. Les tubercules divisés peuvent alors conduire à des plantes affaiblies. De plus, les coupures sont également des portes d'entrée possibles pour les organismes nuisibles.


L'édition du génome comme remède


L'introduction de gènes de résistance à partir de pommes de terre sauvages par le biais de l'édition génomique est plus efficace et permet de gagner du temps que la longue culture de pommes de terre plus résistantes par des méthodes conventionnelles. Cette méthode présente un grand avantage : elle fonctionne avec des variétés de pommes de terre connues, que les consommateurs et les transformateurs de denrées alimentaires préfèrent. Il y a toutefois un obstacle : pour que cette issue soit possible, les formes de sélection peu invasives doivent d'abord être autorisées en Suisse et en Europe.

Les producteurs de semences se plaignent également de la mauvaise récolte de pommes de terre

Le manque de plants de pommes de terre a également été un sujet de discussion lors de l'assemblée des délégués des producteurs de semences suisses, Swisssem. Son président a déploré la mauvaise récolte de plants de pommes de terre pour la troisième année consécutive. Face à la diminution de la volonté de cultiver, il a demandé une évaluation sérieuse de la situation, même si la météo et le climat ne peuvent pas être influencés.

Swisssmem a également enregistré un recul de sept pour cent des semences de céréales par rapport à l'année précédente, et pour le maïs, les rendements sont inférieurs d'environ 15 pour cent aux attentes. Selon Schweizer Bauer, le professeur HAFL Hans Ramseier a fait un exposé sur l'histoire des pesticides à l'issue de l'assemblée des délégués. Mais au vu du blocage de l'autorisation, c'est surtout l'avenir des produits phytosanitaires qui est en question.

Face à cette misère, il est d'autant plus important de mettre l'accent sur l'autorisation des méthodes de culture modernes. Celles-ci ne pourront certes jamais remplacer les produits phytosanitaires (car la plante résistante à tous les ravageurs et à toutes les maladies n'existera jamais), mais elles peuvent aider à utiliser moins de produits phytosanitaires. En conséquence, Christian Ochsenbein, directeur de Delley Samen und Pflanzen AG, est cité par le Schweizer Bauer comme ayant déclaré lors de l'AD qu'il faut des «variétés robustes, performantes et adaptées au site».

Veuillez noter :

Notre équipe éditoriale n'est pas de langue maternelle française. Bien que nous accordons une grande importance à une communication claire et sans faille, parfois nous devons privilégier la rapidité à la perfection. Pour cette raison, ce texte a été traduit à la machine.

Nous nous excusons pour toute erreur de style ou d'orthographe.

Articles similaires

Pénurie de pommes de terre due aux caprices de la météo et au manque de protection phytosanitaire
Actualité

Pénurie de pommes de terre due aux caprices de la météo et au manque de protection phytosanitaire

La récolte de pommes de terre ne s'annonce pas sous les meilleurs auspices cette année. Il manque 100'000 tonnes, comme le rapporte l'Aargauer Zeitung. Selon les producteurs de pommes de terre, cela représente une baisse de 30 pour cent par rapport à la moyenne à long terme.

Utiliser les résistances des variétés sauvages pour lutter contre le mildiou de la pomme de terre
Savoir

Utiliser les résistances des variétés sauvages pour lutter contre le mildiou de la pomme de terre

Le mildiou de la pomme de terre est une maladie redoutable. Selon des estimations, il entraîne chaque année des pertes de rendement de 20%.

La science s'oppose à l'interdiction des cultures OGM
Actualité

La science s'oppose à l'interdiction des cultures OGM

La Cour suprême des Philippines veut stopper la culture de plantes génétiquement modifiées comme le Golden Rice et l'aubergine Bt (Bacillus thuringiensis). Cette décision est loin de faire l'unanimité auprès du gouvernement et des scientifiques : L'interdiction pourrait mettre en péril la sécurité alimentaire du pays.

Où se concentre la sélection des pommes
Actualité

Où se concentre la sélection des pommes

Le nouveau responsable du groupe de recherche en sélection fruitière d'Agroscope s'appelle Andrea Patocchi. Dans une interview accordée à la revue spécialisée Obst + Wein, il explique où se situe aujourd'hui l'accent mis sur la sélection des pommes.

Un robot chinois cueille le thé
Actualité

Un robot chinois cueille le thé

La Chine manque de cueilleuses de thé. Un robot mis au point par un chercheur devrait y remédier et se charger de ce travail à l'avenir. Grâce à l'intelligence artificielle, la machine peut même reconnaître les pousses de thé. En Suisse aussi, les premiers robots de récolte sont déjà en cours de développement.

Les cultivateurs de pommes de terre veulent des variétés robustes
Actualité

Les cultivateurs de pommes de terre veulent des variétés robustes

Comme l'utilisation de produits phytosanitaires a été massivement réduite, le secteur de la pomme de terre veut désormais miser sur des variétés plus robustes. Le secteur a même conclu une convention d'objectifs avec la Confédération. Celle-ci est ambitieuse : D'ici 2040, 80% des surfaces cultivées en pommes de terre devront être couvertes de variétés robustes.

Autres contributions dans Actualité