Des données aux récoltes - comment la numérisation améliore l'agriculture

Des données aux récoltes - comment la numérisation améliore l'agriculture

La numérisation a fait son entrée dans le secteur agroalimentaire. Lors du Swiss-Food Talk du 25 avril 2023, trois experts de l'industrie des machines agricoles, de la culture maraîchère et du journalisme agricole ont discuté de la manière dont la numérisation modifie la production alimentaire. Tous s'accordent à dire que nous sommes en train de passer d'une agriculture industrielle à une agriculture intelligente. Les données et les algorithmes sont utilisés pour fournir un soutien précis, ce qui sert également la durabilité.

mercredi 3 mai 2023

Bernhard Läubli est responsable du Precision Center de Bucher Landtechnik AG. Son équipe se consacre à la numérisation dans l'agriculture. Bucher souhaite faire progresser les agriculteurs grâce à de nouveaux produits numériques, et ce dans le monde entier. Selon cet expert en machines agricoles, les agriculteurs suisses sont confrontés à des défis similaires à ceux de leurs collègues étrangers. Outre le changement climatique et la protection de l'environnement, les agriculteurs suisses doivent faire face au changement structurel. Lorsque cela est judicieux et possible, les exploitations familiales traditionnellement petites se regroupent progressivement pour former de plus grandes exploitations agricoles.

Présentation de Bernhard Läubli (YouTube)

"Les agriculteurs doivent devenir plus productifs. Plus de productivité signifie plus de puissance et plus d'efficacité", explique Läubli. Dans ce contexte, la numérisation est encore plus importante. Elle aide les agriculteurs à organiser leur production de manière plus efficace en termes de ressources. La collaboration de Bucher avec la start-up suisse "ecorobotix" en est un exemple. Ce système, développé à l'origine par des bricoleurs, permet d'appliquer avec une grande précision des produits phytosanitaires sur des plantes individuelles. Au lieu d'appliquer le principe de l'arrosoir, l'intelligence artificielle permet de ne traiter que les plantes qui en ont réellement besoin. "Nous pouvons ainsi économiser jusqu'à 95 pour cent d'herbicides sur un hectare", explique Läubli. Mais ce n'est qu'en collaborant avec Bucher que "ecorobotix" a été en mesure de commercialiser sa technique, de traiter efficacement de grands champs et d'appliquer des fongicides en plus des herbicides.


« La numérisation est incontournable. »


Mais la numérisation permet également d'économiser beaucoup de temps dans les tâches administratives. "L'échange de données dans le secteur agroalimentaire fonctionne encore en grande partie manuellement", explique Läubli. Il en va de même pour la collaboration entre l'administration et les exploitations agricoles. C'est là que la Confédération va remédier à la situation avec la plateforme digiFLUX. "Afin de réduire la charge administrative et de faire avancer la numérisation, la Confédération a adopté les bases pour la création d'un centre de compétences pour la transformation numérique dans le secteur agroalimentaire".

digiFLUX devrait permettre de suivre l'utilisation et la commercialisation des produits phytosanitaires et des substances nutritives. Cependant, pour que les données puissent être collectées à grande échelle à l'avenir, leur échange doit être simplifié : le mot clé est l'interopérabilité. Les données collectées par différents appareils et stockées dans des clouds individuels devront pouvoir être échangées au-delà des limites du système à l'avenir. C'est essentiel pour générer de nouvelles connaissances sur la production optimale de denrées alimentaires. Pour Läubli, il est donc clair que "la numérisation est incontournable".


« Surveiller le niveau de stress des plantes »

Le maraîcher Julien Stoll utilise déjà intensivement les technologies numériques dans ses serres d'Yverdon. "La culture des plantes est extrêmement coûteuse. De plus, il y a un manque de personnel qualifié. La numérisation m'aide à tout concilier, en plus de ma vie privée avec ma famille et mon chien", commence Stoll dans son exposé. Car les tomates, les aubergines et les concombres ont eux aussi besoin d'une attention constante. "J'ai parfois l'impression d'être l'entraîneur d'athlètes d'élite", dit Stoll.

Présentation de Julien Stoll (YouTube)

Pour tirer le meilleur parti de ses plantes, le maraîcher mise sur le système Vivent. Sur des enregistrements vidéo, il montre ses plants de tomates reliés à un appareil de mesure. "Nous mesurons ainsi les signaux électriques des plantes. Nous pouvons ainsi surveiller en permanence leur niveau de stress et savoir si les plantes manquent de quelque chose", explique Stoll.


« Un seul collaborateur peut aujourd'hui s'occuper de
20 hectares. »


Le maraîcher est ainsi en mesure de détecter les maladies et les attaques de parasites, et de surveiller les niveaux d'eau et de nutriments. La surveillance en temps réel permet à Stoll de réagir à temps en cas de problème. "Grâce à cette technologie, un seul collaborateur peut aujourd'hui s'occuper de la gestion climatique d'environ 20 hectares de culture. Il y a 30 ans, c'était peut-être 0,5 hectare", dit-il. Pourtant, dans les serres de Stoll, environ dix personnes s'occupent aujourd'hui d'un hectare.

La nouvelle technologie enregistre et analyse une grande quantité de données, ce qui permet de faire de meilleures prévisions sur les quantités récoltées et les problèmes que la culture pourrait rencontrer à l'avenir. Outre les capteurs de plantes, Stoll utilise également des robots dans son installation de production, par exemple pour planter des salades. Il voit donc dans la numérisation un moyen d'atténuer le manque chronique de main-d'œuvre qualifiée dans son secteur. En même temps, la numérisation rend le métier de maraîcher à nouveau attractif pour les jeunes. Les conditions de travail et de production s'améliorent.


« La numérisation n'est pas de la science-fiction »

La numérisation va sans aucun doute bouleverser l'agriculture. Le journaliste agricole Olaf Deininger suit cette évolution depuis un certain temps. "L'avenir de l'agriculture n'a pas grand-chose à voir avec la science-fiction. Les technologies qui s'imposeront à grande échelle sont en principe déjà là", dit-il. Les robots agricoles autonomes, qui ont appris à reconnaître et à combattre les limaces ou les mauvaises herbes grâce à l'IA, en sont un exemple. Ainsi, le "MSR-bot" part de lui-même à la chasse aux limaces pendant la nuit. L'appareil a une "mémoire". Il revient le lendemain aux endroits où il s'attend à trouver un nombre particulièrement élevé de limaces.

Présentation d'Olaf Deininger (YouTube)

De tels travaux étaient autrefois péniblement effectués à la main. "Grâce aux robots, l'élimination mécanique des nuisibles redevient tout à coup attrayante", explique Deininger. L'agriculture devient en outre de plus en plus "individuelle". Au lieu de traiter des champs entiers ou des troupeaux d'animaux selon le même modèle, l'accent est de plus en plus mis sur la plante ou l'animal individuel. Un exemple est le "Dropnostix", un petit appareil qui reste dans le pré-estomac des vaches et qui fournit des données en temps réel sur l'état de santé de chaque animal.


« Nous sommes en train de passer de l'agriculture industrielle à l'agriculture intelligente. »


Deininger repère une autre évolution dans la création de nouvelles connaissances et de systèmes de prévision. L'entreprise OneSoil propose aux agriculteurs de surveiller chaque parcelle de terre arable à l'aide de satellites. Il est ainsi possible de comparer les données sur plusieurs années et de tirer de nouvelles conclusions pour la mise en place de cultures végétales. "Dans le monde entier, six pour cent des terres arables fertiles sont surveillées par OneSoil. Cela permet de générer des connaissances d'une toute nouvelle manière", explique Deininger.

L'innovation est également attendue dans le domaine des chaînes d'approvisionnement et du commerce de détail. Le détaillant allemand Kaufland, par exemple, utilise le modèle de prévision de l'entreprise Blue Yonder pour les quantités de ses produits. Kaufland sait par exemple avec une précision de 74 pour cent combien de lait sera vendu dans une semaine. Cette connaissance influencera également à long terme la production dans les fermes. "Nous sommes définitivement en train de passer de l'agriculture industrielle à l'agriculture intelligente", conclut Deininger. "Faire de l'évaluation des systèmes informatiques fait aujourd'hui partie des tâches des agriculteurs".

Cependant, la discussion montre également que la souveraineté des données doit être clarifiée. Les données générées dans le domaine de la culture appartiennent à l'agriculteur et il devrait être en mesure de décider quelles données il souhaite transmettre à qui et sous quelle forme. De plus, il serait encouragé à le faire si les données agrégées lui étaient retournées et l'aidaient dans son travail.

Articles similaires

Les produits régionaux sont plus demandés que jamais
Savoir

Les produits régionaux sont plus demandés que jamais

La demande en produits régionaux ne pourrait pas être plus grande. C'est ce que montre une nouvelle étude de la Hochschule für Wirtschaft in Zürich. Les consommateurs estiment même que les produits régionaux sont nettement plus durables que les produits bio ou premium.

Tomate: de la «bombe à eau» au fruit aromatique
Savoir

Tomate: de la «bombe à eau» au fruit aromatique

Jamais encore le choix de variétés de tomates n’avait été aussi vaste.

Compenser des pertes de récoltes évitables par de l’argent de l’État :  une proposition qui n’est ni durable, ni rentable
Savoir

Compenser des pertes de récoltes évitables par de l’argent de l’État : une proposition qui n’est ni durable, ni rentable

Une réduction des pesticides dans la culture du blé et du colza diminue sensiblement les rendements. Selon une étude parue dans la revue Recherche agronomique Suisse montre, ces pertes de récoltes ne peuvent être compensées que par des aides étatiques. Cette proposition n’est ni durable, ni rentable.

Les espèces invasives menacent les plantes indigènes
Savoir

Les espèces invasives menacent les plantes indigènes

L'interdépendance économique du monde s'est fortement accrue au cours des dernières années et décennies. En raison de l'activité commerciale intense entre les continents, les espèces végétales et animales invasives se propagent également de plus en plus rapidement. Cela peut entraîner de sérieux problèmes pour la végétation et l'agriculture indigènes. Selon l'OFEV, le canton du Tessin est particulièrement touché.

Autres contributions dans Savoir