De la cellule souche au steak

De la cellule souche au steak

La production de viande exige beaucoup de ressources. Pour toutes sortes de raisons, les gens mangent moins de viande ou n’en mangent plus du tout. C’est pourquoi de plus en plus d’entreprises mènent des recherches pour proposer des produits carnés alternatifs, notamment en laboratoire. Mais le chemin vers le steak parfait à partir d’une boîte de Petri est un défi de taille.

lundi 1 novembre 2021

Les alternatives végétales à la viande existent depuis longtemps. Les burgers à base de haricots ou de soja sont disponibles depuis les années 1970. Depuis lors, les recettes de «produits carnés» à base de plantes n’ont cessé d’être développées et affinées. Mais les chercheurs se heurtent à un problème majeur: il est extrêmement difficile d’imiter la structure de la viande. Les cellules végétales et les cellules musculaires sont fondamentalement différentes. Alors que les muscles sont souples et élastiques, les cellules végétales sont rigides et inflexibles. La spin-off de l’ETH planted s’est attaqué à ce problème et a mis au point une «viande de poulet» à base de plantes, qui est produite au moyen d’un procédé d’extrusion afin que la texture se rapproche le plus possible de celle de la viande.

Le goût typique de la viande de bœuf est également difficile à obtenir. Cette saveur naît d’une réaction chimique complexe qui se produit lorsque la viande est chauffée. Les chercheurs n’en ont pas encore compris tous les mystères. Ce sont les cellules sanguines qui donnent à la viande sa couleur rouge et son arôme caractéristique de fer. L’entreprise «Impossible Foods» parvient à obtenir ces deux caractéristiques en ajoutant de l’hème, un colorant rouge semblable au sang qui est extrait des racines de plantes de soja.


De la viande sortie d’une boîte de Pétri

Pour convaincre les mangeurs de viande de ces alternatives, il faut pouvoir leur proposer des produits qui ressemblent à la viande, qui ont le même goût que la viande et qui sont vendus à un prix abordable. C’est pourquoi de plus en plus de fabricants alimentaires mènent actuellement des recherches pour obtenir une viande «artificielle» en laboratoire. C’est ce que l’on appelle la «viande cultivée». Le premier hamburger de laboratoire a été produit en 2013 et mangé en direct à la télévision. Depuis lors, des dizaines d’entreprises du monde entier mènent des recherches sur la viande cultivée en laboratoire. L’idée derrière tout cela est la suivante: les cellules dites satellites sont obtenues à partir d’un tout petit échantillon de tissu d’une vache. Il s’agit d’un type de cellules souches musculaires qui produisent une nouvelle masse musculaire en cas de blessure.

Les cellules satellites sont ensuite placées dans une boîte de Pétri où elles sont stimulées pour se développer. Cela nécessite un milieu qui fournit aux cellules souches des nutriments et stimule constamment leur prolifération. À l’avenir, ces «milieux de culture» seront composés de substances végétales. Certaines protéines végétales, par exemple, sont remises en question. Pour obtenir ces substances et d’autres substances nécessaires en grandes quantités telles que les vitamines ou les acides aminés pour la production, il faut recourir à des procédés biotechnologiques.

Grandes tendances: Pénurie de ressources, Ecologie

Ainsi, des steaks entiers pourraient être produits assez rapidement sans avoir à tuer d’animaux. C’est ce que l’entreprise israélienne Aleph Farms a réussi à faire fin 2018. Jusqu’à présent, Singapour est le seul pays au monde à avoir autorisé la vente d’un produit carné issu de la boîte de Pétri. Reste à savoir si les consommateurs européens seront friands de cette alternative carnée fabriquée en laboratoire. Une enquête menée par sotomo donne l’impression que les consommateurs sont encore réticents à l’heure actuelle.

Articles similaires

Les produits régionaux sont plus demandés que jamais
Savoir

Les produits régionaux sont plus demandés que jamais

La demande en produits régionaux ne pourrait pas être plus grande. C'est ce que montre une nouvelle étude de la Hochschule für Wirtschaft in Zürich. Les consommateurs estiment même que les produits régionaux sont nettement plus durables que les produits bio ou premium.

Tomate: de la «bombe à eau» au fruit aromatique
Savoir

Tomate: de la «bombe à eau» au fruit aromatique

Jamais encore le choix de variétés de tomates n’avait été aussi vaste.

Compenser des pertes de récoltes évitables par de l’argent de l’État :  une proposition qui n’est ni durable, ni rentable
Savoir

Compenser des pertes de récoltes évitables par de l’argent de l’État : une proposition qui n’est ni durable, ni rentable

Une réduction des pesticides dans la culture du blé et du colza diminue sensiblement les rendements. Selon une étude parue dans la revue Recherche agronomique Suisse montre, ces pertes de récoltes ne peuvent être compensées que par des aides étatiques. Cette proposition n’est ni durable, ni rentable.

Les espèces invasives menacent les plantes indigènes
Savoir

Les espèces invasives menacent les plantes indigènes

L'interdépendance économique du monde s'est fortement accrue au cours des dernières années et décennies. En raison de l'activité commerciale intense entre les continents, les espèces végétales et animales invasives se propagent également de plus en plus rapidement. Cela peut entraîner de sérieux problèmes pour la végétation et l'agriculture indigènes. Selon l'OFEV, le canton du Tessin est particulièrement touché.

Autres contributions dans Savoir