Des avis
Anke Fossgreen

« La crainte des plantes génétiquement modifiées est infondée »

Les plantes génétiquement modifiées ont une mauvaise réputation, mais avec les nouvelles méthodes, il est difficile de les distinguer des plantes issues de sélections traditionnelles, comme le souligne Anke Fossgreen dans le «Tages-Anzeiger».

jeudi 25 mai 2023

L'organisation faîtière de l'agriculture biologique, Bio Suisse, a décidé à l'unanimité lors de son Assemblée des délégués de continuer à renoncer au génie génétique. Ce résultat n'est pas surprenant, mais décevant. Il démontre que les agriculteurs biologiques ignorent les avancées de la recherche moderne en matière de sélection et perpétuent ainsi la mauvaise réputation des aliments génétiquement modifiés.

Ironiquement, ce sont précisément les plantes génétiquement modifiées futures qui offrent des possibilités importantes, également pour l'agriculture biologique : les plantes modifiées peuvent, par exemple, être résistantes aux maladies, réduisant ainsi le besoin de pesticides. Elles peuvent également être plus durables, ce qui permet de réduire le gaspillage alimentaire, ou encore résister à la sécheresse, ce qui est essentiel face aux changements climatiques.

Mais pourquoi de nombreux consommateurs refusent-ils de manger des plantes génétiquement modifiées ou des animaux nourris avec de telles plantes ?

Ces plantes - blé, maïs, soja, et autres - sont suspectées car leur patrimoine génétique a été modifié en laboratoire. Pourtant, la crainte des «gènes étrangers» est infondée. Après tout, lorsque nous consommons une pomme, nous ingérons les gènes du fruit ; lorsque nous mangeons du pain, nous consommons les gènes du blé, et avec une escalope, nous consommons les gènes d'un cochon. Cela nous rend-il malades ou nous transforme-t-il de quelque manière que ce soit ? Non. Lors des processus de digestion, notre corps ne décompose pas seulement les protéines, les glucides et les graisses que nous ingérons avec notre nourriture, mais il décompose également le matériel génétique étranger et l'utilise pour maintenir le bon fonctionnement de notre organisme.

La discussion ne porte plus sur la plante modifiée, mais sur le processus de production.

Par ailleurs, le génie génétique a fait d'énormes progrès. Les plantes génétiquement modifiées d'aujourd'hui sont pratiquement indiscernables des variétés conventionnelles. Cela est réalisé grâce à des techniques d'édition du génome telles que la méthode Crispr/CAS, où le matériel génétique est légèrement modifié et optimisé, de manière ciblée, comme avec un scalpel.

Ceux qui ressentaient auparavant une certaine gêne à l'idée de consommer des plantes génétiquement modifiées parce qu'elles étaient «différentes» des plantes issues de sélections traditionnelles n'ont désormais plus d'argument valable. Par conséquent, la discussion ne porte plus sur la plante modifiée en elle-même, mais sur le processus de production.

Rappelons-le : depuis 1964 - également en Europe - des modifications génétiques ont été introduites dans le génome des plantes à l'aide de méthodes qui suscitent des inquiétudes. Les plantes étaient bombardées avec des substances radioactives, d'abord dans les champs et les jardins, puis en laboratoire. Selon l'Agence internationale de l'énergie atomique, plus de 3300 variétés de plantes ont été créées grâce à cette méthode appelée mutagenèse et ont été utilisées dans 70 pays. Certaines d'entre elles sont encore utilisées et consommées aujourd'hui, y compris de nombreux types de céréales, de riz et d'agrumes, comme le pamplemousse rouge, qui est également vendu comme produit biologique.

En comparaison, les méthodes modernes de génie génétique sont bien plus douces et élégantes.

Cela peut sembler préoccupant, mais ces variétés de plantes ne sont pas radioactives simplement parce que des radiations ont été utilisées pour les créer. De même, les nouvelles variétés de plantes ne sont pas chimiquement empoisonnées, contrairement à la mutagenèse qui est déclenchée par des produits chimiques. C'est également ainsi que naissent de nouvelles variétés que nous considérons comme des sélections «naturelles».

En comparaison, les méthodes actuellement discutées pour améliorer spécifiquement les caractéristiques des plantes grâce à des techniques modernes d'édition du génome sont beaucoup plus douces et élégantes.

D'ailleurs, les qualités gustatives et nutritionnelles des plantes peuvent également être spécifiquement optimisées. Alors, goûtons aux nouvelles variétés !

Anke Fossgreen dirige l'équipe du savoir de Tamedia depuis 2022. Elle travaille comme rédactrice scientifique chez Tamedia depuis 2000. Au cours de sa thèse de doctorat, elle a effectué des recherches sur la maladie d'Alzheimer. Elle s'intéresse aux domaines de la biologie, de la santé, de l'alimentation, de la médecine et de l'exercice physique. Cet article d'opinion a été publié pour la première fois dans le «Tages-Anzeiger» le 18 avril.

Plus de pesticides, plus d'OGM : comment vaincre la faim.

Markus Somm

Markus Somm

Journaliste, publiciste, éditeur et historien

« La crainte des plantes génétiquement modifiées est infondée »

Anke Fossgreen

Anke Fossgreen

Responsable de l'équipe du savoir Tamedia

« La politique n’a pas le droit de pousser les prix de l’alimentaire encore plus vers le haut »

Babette Sigg Frank

Babette Sigg Frank

Présidente du Schweizerisches Konsumentenforum

Saisir l'opportunité de la biotechnologie verte

Roman Mazzotta

Roman Mazzotta

Président national de Syngenta Suisse

« La durabilité, c’est plus que ça »

Hendrik Varnholt

Hendrik Varnholt

Responsable de la rubrique Industrie chez Lebensmittel Zeitung

« Un tiers de bio ne résout pas le problème »

Olaf Deininger

Olaf Deininger

Rédacteur en chef du développement des médias agricoles

« Les méthodes écologiques seules ne suffiront pas »

Saori Dubourg

Saori Dubourg

« Les méthodes écologiques seules ne suffiront pas »

« La plupart des craintes concernant les pesticides sont infondées »

Michelle Miller

Michelle Miller

Chroniqueuse pour Genetic Literacy Project et AGDaily

Contenu en anglais

L'agriculture a besoin de nouvelles technologies

Erik Fyrwald

Erik Fyrwald

Président-Directeur général de Syngenta Group

« Les pesticides chimiques modernes sont plus que jamais nécessaires »

Jon Parr

Jon Parr

Président de Syngenta Crop Protection

Contenu en anglais

« Qui a peur des méchants OGM ? »

Jürg Vollmer

Jürg Vollmer

Rédacteur en chef du magazine «die grüne»

Contenu en allemand

«Ce que nous apporte la sélection végétale»

Achim Walter

Achim Walter

Professeur de phytotechnie à l’EPFZ

«La place de la recherche et de l'industrie a besoin d'une impulsion»

Jan Lucht

Jan Lucht

Directeur de la biotechnologie chez Scienceindustries

Contenu en allemand

«L’agriculture joue un rôle de pilier»

Jan Grenz

Jan Grenz

Professeur de durabilité, Haute école des sciences agronomiques, forestières et alimentaires HAFL

«Mieux comprendre les mécanismes d'action de la nature»

Urs Niggli

Urs Niggli

Agronome et président d’Agroecology Science.

Contenu en allemand

«Le public occulte complètement l’aspect quantitatif»

Michael Siegrist

Michael Siegrist

Professeur de comportement des consommateurs, EPF Zurich

«Le bio est-il vraiment plus sain?»

Anna Bozzi

Anna Bozzi

Responsable du domaine Alimentation et secteur agricole chez scienceindustries

«La biotechnologie et la protection de l’environnement vont main dans la main»

Dr. Teresa Koller

Dr. Teresa Koller

Scientifique à l’Institut de biologie végétale et microbiologie de l’Université de Zurich.

«La génération Greta fera table rase des paradigmes.»

Bruno Studer

Bruno Studer

Professeur en sélection végétale moléculaire à l’EPFZ

«Surmonter le fossé ville-campagne avec une politique agricole constructive»

Jürg Vollmer

Jürg Vollmer

Rédacteur en chef du magazine «die grüne»

«Nous protégeons ce que nous exploitons»

Regina Ammann

Regina Ammann

Responsable du développement durable chez Syngenta Suisse

Articles similaires

Pourquoi la confiance dans la science est-elle si importante ?
Actualité

Pourquoi la confiance dans la science est-elle si importante ?

Il est essentiel que la société ait confiance en la science. C'est la seule façon pour elle d'exploiter son potentiel maximal et de relever des défis sociaux tels que le changement climatique ou une pandémie. Mais il y a aussi des voix critiques : Une partie de la population suisse a peu ou pas confiance en la science. Quatre experts ont débattu de la manière dont la recherche peut gagner la confiance des gens lors d'une table ronde «NZZ Live».

Les produits phytosanitaires manquent - et bientôt les premières variétés de légumes aussi
Actualité

Les produits phytosanitaires manquent - et bientôt les premières variétés de légumes aussi

Les producteurs de légumes sont actuellement à la peine. La raison en est le manque de produits phytosanitaires. Il est de plus en plus difficile de mettre sur le marché des produits commercialisables. Certains agriculteurs ont même atteint leurs limites au point de devoir arrêter la production de certaines variétés de légumes.

Les ravageurs menacent de plus en plus les récoltes de fruits, de baies et de vin
Actualité

Les ravageurs menacent de plus en plus les récoltes de fruits, de baies et de vin

La culture des fruits, des baies et de la vigne est de plus en plus menacée par des ravageurs tels que le coléoptère du Japon, la mineuse tachetée et la mouche méditerranéenne des fruits. Les producteurs tirent la sonnette d'alarme - mais les produits phytosanitaires capables de venir à bout de ces ravageurs font défaut.

Un agriculteur bio demande édition du génome pour la culture fruitière
Actualité

Un agriculteur bio demande édition du génome pour la culture fruitière

Le nombre élevé de traitements phytosanitaires sollicite fortement les agriculteurs bio. L'un d'entre eux est le producteur de pommes Marco Messerli de Kirchdorf BE. Il a dû traiter 48 fois des variétés de pommes sensibles avec des produits phytosanitaires biologiques. Estimant que c’est trop, il demande désormais l'autorisation de nouvelles méthodes de culture. Les experts donnent raison à l'agriculteur.